Je remercie Messieurs GUY DERIE et JOHN PACCO de m'avoir donné l'autorisation de publié les dessins et de m'inspirer du texte de leur livre " Les soldats de Léopold Ier et Léopold II". ( Edition Paul Legrain 1986).

   LES TENUES SUCCESSIVES DES GUIDES.  

1830-1831

Les "Cosaques de la Meuse"

Bataillon de chasseurs volontaires bourgeois de Bruxelles.

Le Chasteler, bonnet ( du nom du marquis de Chasteler) en peau de renard, avec flamme verte à liserés rouges et gland jaune. Une cocarde aux couleurs brabançonnes est placée à l'avant et au-dessus du "Chasteler", sous la cocarde, un écusson de " Chasseurs ".

La Blouse , en drap bleu foncé, avec collet bordé d'un liseré rouge, fermée par une rangée de boutons dorés, un brassard tricolore aux couleurs  brabançonnes est placé sur l'épaule gauche. La blouse porte une seule épaulette gauche, qui reçoit le baudrier de giberne en cuir noir, la blouse est refermée à la taille par un ceinturon en cuir noir ou une écharpe aux couleurs brabançonnes pour les officiers.

Le pantalon, est en drap noir, et est orné à la couture extérieure des jambes d’une bande de tissu rouge. 

Le règlement des Chasseurs de Chasteler était très précis : "Les chasseurs seront obligés d'avoir le fusil à deux coups, la giberne, le bonnet et la blouse. ( VOIR: Articles de Henri STÖRM paru dans les revues "Frater News" numéro 94 et 95/2005, 97/2006 )  

Voir le costume.

-1831-

      Les "Guides de la Meuse"        

Schapska : Couvre-chef de drap noir ciré. Panache tombant, de crin noir, jaune et rouge pour brigadiers et cavaliers. Panache de plumes noires, jaunes, rouges pour officiers. Chaînette en cuivre, ( Argentée pour les officiers) partant du sommet droit (accroché) du schapska à la base de la visière côté gauche (fixe). Une attache libre côté droit de la visière est prête à recevoir la chaînette en mentonnière . Le schapska est retenu par une tresse double de couleur rouge ( argentée pour les officiers), passant en se divisant de part et d’autre de l’arrière du cou, se rattachant à l’avant de celui-ci, retombant sur la poitrine pour remonter vers l’épaule gauche.  

Kourtka : Veste à pans, en drap bleu foncé, pan retroussé vers l’arrière sous la ceinture, la doublure est rouge. Le retroussis est retenu par deux rangées verticales de trois boutons argentés, et par deux pattes de tissu bleu foncé boutonnées pardessus la ceinture, deux grenades argentées garnissent la pointe inférieure de la doublure. Toutes les coutures sont en passepoil rouge. A l’avant, un plastron trapézoïdal renversé de couleur bleu clair et retenu par deux rangées de sept boutons argentés. La doublure du plastron est bleu foncé. En petite tenue, le Guide retourne le plastron, et se retrouve complètement en bleu foncé. Le col ouvert vers l’avant, est en tissu bleu clair avec passepoil rouge, orné de deux grenades de fil rouge.

Les épaulettes , la tresse double de retenue du schapska partant de la coiffe, contournant le cou, et attachée à l’épaule gauche et les fourragères sont en fil rouge pour la troupe et en argent pour les officiers. Pour la troupe, le ceinturon, le baudrier, la giberne et le porte-carabine sont en cuir noir, les garnitures en cuivre jaune, ornées de grenades en fer blanc. Pour les officiers, le tout en fil d’argent, le couvercle de giberne en argent.

Le pantalon, est en drap bleu foncé et est orné à la couture extérieure des jambes, d’un passepoil rouge. Le pantalon descend au-dessus des bottes noires, jusqu’aux éperons. 

Les officiers sont gantés de cuir noir, et gants blancs pour la troupe.

Manteau : - Manteau en drap bleu à rotonde.  

   Voir le costume.

      

                                                                                                       ----------------------O--------------------                                                                        

     -1831- ( après Septembre).       

L' Escadron des Guides ( 1931- 1932 ) et Corps des Guides ( 1832- 1833 )

 

Après le port du Schapska, les guides optèrent pour le colback, les trompettes du Régiment des Chasseurs à Cheval et les trompettes de la Garde Civique portaient déjà celui-ci. Le colback est sûrement resté dans la mémoire des cavaliers belges, car déjà, en Hollande, les trompettes du Régiment Hussard n°6 le portèrent.                                              

Colback HUSSARD N°6

 

 Colback Guides: - Couvre-chef en peau d’ourson noir, avec flamme amarante liserée d’argent et gland argenté, très grand plumet blanc frontal. Cordon de retenue du colback, blanc argenté. Mentonnière en cuivre.  

           

Pour les sous-officiers et cavaliers, flamme amarante liserée de blanc et gland blanc, plumet de couleur blanche et bourrelet amarante. Cordon double de retenue du colback, blanche. Mentonnière en cuivre.

Kourtka : Veste à pans, en drap vert foncé, pans retroussés vers l’arrière sous la ceinture, la doublure est amarante. Le retroussis est retenu par deux rangées verticales de trois boutons argentés, et par deux pattes de tissu vert foncé boutonnée pardessus la ceinture, deux foudres en fil blanc ( argent pour officiers) garnissent la pointe inférieure de la doublure. Toutes les coutures sont en passepoil amarante. Sur la poitrine, un plastron trapézoïdal renversé, de couleur amarante et retenu par deux rangées de sept boutons en fer blanc,( neuf boutons argentés, pour la redingote vert foncé des officiers et adjudants). La doublure du plastron est vert foncé et coutures extérieures en passepoil amarante . En petite tenue, le Guide retourne le plastron, et se retrouve complètement en vert foncé. Coutures du plastron en passepoil amarante. Le col ouvert vers l’avant, est en tissu vert foncé avec galon amarante.

Les épaulettes : le cordon double de retenue du colback partant de la coiffe, contournant le cou, et attaché a l’épaule gauche et les fourragères sont en fil blanc pour la troupe et en argent pour les officiers. Pour la troupe, le ceinturon, le baudrier, et le porte-carabine sont en cuir blanc, la giberne en cuir noir, ornée du monogramme couronné en fer blanc, les garnitures en cuivre jaune,. Pour les officiers, le tout en fil d’argent, le couvercle de giberne et les garnitures en argent.

Le pantalon : est en drap amarante et est orné à la couture extérieure des jambes, d’une bande blanche cousue d’un passepoil amarante Le pantalon descend au-dessus des bottes noires jusqu’aux éperons. 

Les officiers sont gantés de cuir noir, et gants blancs pour la troupe.

En petite tenue, les ceinturons des officiers et des cavaliers sont en cuir noir.

Manteau : -  Manteau en drap vert foncé à rotonde.   

   ----------------------O-------------------- 

                      -1833-                  

  Le Régiment de Guides 

Colback : - Couvre-chef en peau d’ourson noir, avec flamme amarante liserée d’argent et gland argenté, très grand plumet blanc frontal. Cordon double de retenue du colback, blanc argenté. Mentonnière en cuivre.  

              

Pour les sous-officiers et cavaliers, flamme amarante liserée de blanc et gland blanc, plumet de couleur blanche et bourrelet amarante. Cordon double de retenue du colback, blanc. Mentonnière en cuivre.

Shako : - Couvre-chef de petite tenue ( sauf brigadiers et cavaliers) en toile cirée, pompon argenté au sommet facial du shako. Chaînette en cuivre,  accroché de part et d’autre à deux crochets en cuivres et continuant en mentonnière, parfois, celle-ci est repliée au dessus de la visière du shako. Couvre-chef assez haut.  

      

Bonnet de police : - Couvre chef de petite tenue en drap vert, avec galon amarante et floche blanche retombant sur le devant du bonnet  

    

Kourtka : Veste à pans, en drap vert foncé, pans retroussés vers l’arrière sous la ceinture, la doublure est amarante. Le retroussis est retenu par deux rangées verticales de trois boutons argentés, et par deux pattes de tissu vert foncé boutonnées  pardessus la ceinture, deux foudres en fil blanc ( argent pour officiers) garnissent la pointe inférieure de la doublure. Toutes les coutures sont en passepoil amarante. Sur la poitrine, un plastron trapézoïdal renversé de couleur amarante et retenu par deux rangées de sept boutons en fer blanc,( neuf boutons argentés pour la redingote vert foncé des officiers et adjudants ). La doublure du plastron est vert foncé et coutures extérieures, en passepoil amarante . En petite tenue, le Guide retourne le plastron, et se retrouve complètement en vert foncé, coutures du col et du plastron en passepoil amarante. Le col ouvert vers l’avant, est en tissu vert foncé avec passepoil amarante. ( Le passepoil remplace le galon amarante).

Les épaulettes : le cordon double de retenue du colback, partant de la coiffe, contournant le cou, et attaché au bouton supérieur gauche du plastron et les fourragères sont en fil blanc pour la troupe et en argent pour les officiers. Pour la troupe, le ceinturon, le baudrier, et le porte-carabine sont en cuir blanc, la giberne en cuir noir, les garnitures en cuivre jaune ornées du « L » couronné en fer blanc. Pour les officiers, le tout en fil d’argent, le couvercle de giberne et les garnitures en argent.

Pantalon : - 1843, le pantalon change de couleur, il devient  vert foncé avec une bande amarante aux coutures externes

                - 1856, pour les officiers, pantalon type « Lasalle ».  

Les officiers sont gantés de cuir noir, et gants blancs pour la troupe.

En petite tenue, les ceinturons des officiers et des cavaliers sont en cuir noir.

Voir le costume.

 ----------------------O-------------------- 

    -1863-   

                        

Colback : - Grande tenue pour officiers:  En peau d’ourson noir, plus petit que celui de 1831 avec flamme amarante liserée d'or et gland doré, plumet plus petit en plume de cygne de couleur blanche, d’un bourrelet amarante, cordon double de retenue du colback, doré. Mentonnière en cuivre.  

 

Pour les sous-officiers et cavaliers, flamme amarante liserée de blanc et gland blanc, plumet plus petit que celui de 1831,de couleur blanc et bourrelet amarante. Cordon de retenue du colback, jaune. Mentonnière en cuivre.

- Tenue de campagne ou de sortie. Colback sans plumet et sans flamme.

 

                    - 1886, le numéro des deux régiments sont portés aux collets  (1 et 2).                                             

                - 1887, en monte, les officiers et cavaliers rentrent le bas du pantalon dans les bottes.                             

Képi : -  Abandon du shako ( 1859 ) par les officiers et remplacement de celui-ci par le Bonnet de ville.

 

                                                                                        

Bonnet de police : - Couvre-chef de petite tenue en drap vert,  galon amarante, rebord et floche dorés ( jaune ) retombant sur le devant du bonnet de police.  

Dolman :- Veste de drap vert foncé ouverte vers l’avant et boutonnée d’or sur trois rangées verticales,, garnie de brandebourgs jaune or. Aux manches, les tresses des grades desofficiers sont jaune or, l’extrémité de celles-ci sont en tissu amarante, surmontées d’un galon en pointe de tissu jaune or. Col amarante à galon  d’or, le cordon double de retenue du colback, n’est plus attaché au plastron (absent), mais bien aux trois boutons supérieurs du dolman, en passant toujours de part et d’autre du cou. Les épaulettes sont en tresses dorées retenues par des boutons dorés.   ( Pour la troupe, la dorure est remplacée par la couleur jaune ).

Pantalon :- En drap amarante, avec sur les coutures extérieures deux bandes jaunes et passepoil amarante. Pour les officiers, pantalon amarante, à deux bandes vertes.

Manteau :  - Manteau en drap gris bleu, avec quatre brandebourgs amarante.

   - 1868, le manteau gris bleu est remplacé par un vert avec rotonde

Voir le costume.

 

----------------------O--------------------                    

APRÈS  1916

La tenue kaki est adoptée à l’Armée Belge. Tenue très fortement inspirée des tenues française et anglaises, avec grand col à la française.Tissu moins dru et coupe plus raffinée pour les officiers.

 

Képi   : noir à reflets vert à liseré pour officiers, ou bonnet de police.( 1935 )

Bonnet de police  : Couvre-chef de petite tenue en drap vert,  galon jaune, rebord et floche dorés ( jaune ) retombant sur le devant du bonnet de police.  

               

Casque  : Adrien avec tête de lion ( premier modèle,casque en trois parties, tête de lion aplatie ).Après la guerre,(deuxième modèle casque en deux pièces tête de lion plus en relief )  

  

Veste   : en drap vert, ouverte sur l’avant et refermée par six gros boutons en cuivre. Haut du col fermé. Aux extrémités de celui-ci, un tissu amarante. Deux épaulettes tenues par un petit bouton cuivré. Deux petites poches à rabats sur la poitrine, fermées par un petit bouton  cuivré. Sous la ceinture, deux grandes poches à soufflets avec rabats, fermées par un petit bouton en cuivre. Une large ceinture de cuir, à boucle  et attache pour sabre cuivrée, termine l’habillement.  Brandebourgs sur les manches pour les officiers.

Pantalon : en drap vert , renforcé à la selle et intérieur des cuisses. ( Cavalerie ). Deux poches.

Bottines :  Grosses chaussures à lacets  avec éperons attachés par lanières, surmontées de grands guetterons en cuir .

Bottes   : de cavalier avec éperons, pour les officiers.

Manteau :  de drap vert brun, grand col à pointe (en W position ouverte),( en V pour officiers ) ouvert sur l’avant , mais refermé par deux rangées parallèles de cinq gros boutons en cuivre. A hauteur des hanches, sur les côtés, deux poches à rabats. A l’arrière, le bas du manteau est ouvert jusqu'à la ceinture, et retenu par trois boutons cuivrés, une demi-ceinture, cousue aux hanches et retenue par deux boutons,

( elle sert à enrouler correctement le manteau, lors de son non-emploi.).. Les pans du manteau pouvaient être retroussés pour ne pas gêner la marche ou en position assise. .De chaque côté du col, deux épaulettes tenues par un petit bouton cuivré.

-------------------------------

Bonnet de police  : ( vers 1935.) Pour la Troupe: kaki, rebord vert,floche amarante. Numéro du Régiment sur le devant gauche du bonnet. 

Pour les Sous-Officiers: kaki, rebord vert, floche blanche. Numéro du Régiment sur le devant gauche du bonnet. 

Pour les Officiers Subalternes: kaki, rebord vert, galon amarante et floche or. Numéro du Régiment sur le devant gauche du bonnet. 

Pour les Officiers Supérieur: kaki, rebord vert, double galon amarante et floche or. Numéro du Régiment sur le devant gauche du bonnet. 

   

TROUPE

SOUS-OFFICIERS

OFFICIERS SUBALTERNES

OFFICIERS SUPERIEURS

 

 

              Voir le costume.

             

                                                                                                              -----------------O-------------------

-1945-

La tenue kaki est tout simplement la tenue anglaise de 1945.

Béret : de couleur noire, horizontal sur la tête, le dessus incliné vers la droite, un insigne représentant le lion héraldique se plaçant du côté gauche du béret. ( Au-dessus de l’œil ). 

 

Képi :  pour officiers et sous-officiers supérieurs. ( N.B. le képi aux Guides n’était pas souvent porté.).

 

Casque : modèle anglais.  

Chemise : en tissu kaki , avec cravate de laine kaki foncé.

Battle dress : en drap kaki foncé assez épais, fermé par le devant d’une série de boutons cachés par une doublure. Fermé à la ceinture par une patte et une boucle de fer décentrée, deux poches à rabats fermées par boutons sur la poitrine. Deux épaulettes cousues aux coutures des manches et fermées par boutons en cuivre à la base du cou. 

Pantalon   : de même tissu  kaki foncé , braguette fermée par boutons, cachés par une doublure. Pantalon retenu par une ceinture indépendante en cuir noir passant dans des lichettes boutonnées. Huit boutons sont prévus à l’intérieur pour l’emploi des bretelles. Une petite poche sous la ceinture, posée devant de la jambe droite, et une grande poche fermée par bouton avec rabat sur la jambe gauche, juste au-dessus du genou. Bas du pantalon enroulé et tenu sur les guetterons. ( Sauf en tenue de sortie ).

Un ceinturon : réglable, épais mais souple, fermé par une boucle de cuivre jaune bien fixé par deux bagues plates de même matière. A l’arrière, deux petites boucles de cuivres y sont attachées. Le ceinturon et les guetterons étaient « vercotés » ( Teinture de pigment vert, facile à retirer par l’emploi d’une brosse et d’eau.).   

Bottines:   Grosses bottines à semelle cloutées, le tout surmonté de guetterons fermés par deux attaches cuivrées.  Chaussettes de laine kaki foncé.        

Les souliers : bruns ou noirs à lacets

Voir le costume.

  ----------------------O-------------------- 

              -1958 - 1962-                    

 

Pendant 17 ans, la tenue au sein du Régiment ne changea guère , quelques petites transformations y furent apportées. La Belgique prit à son compte la fabrication des vêtements (A.B.L.) abréviation de Armée Belge ( en français) et Belgisch Leger ( en néerlandais ).

 

Au béret: un écu en tissu de couleur amarante fut cousu sous l’insigne du Régiment. ( Pas d'écu en plastic)             

Le casque : le casque Anglais fut remplacé au profit du casque américain. Pour les tankistes, une imitation du casque américain fut apportée. 

                              

La chemise : devient plus verte, mais plus légère. La cravate en laine moins drue.

Le battle dress :  plus léger et moins dru, les épaulettes rigides, reçoivent les insignes rappelant l’origine du Régiment, deux sabres croisés surmontés de la couronne Royale, les deux boutons de cuivres fermant les épaulettes sont imprimés du Lion Héraldique. ( Par la suite, l’insigne du Régiment ).

Pantalon :Les lichettes sont plus petites et cousues, la poche de gauche est déplacée et remise aux coutures externes du pantalon, la poche de droite est légèrement plus petite. Bas du pantalon enroulé et tenu sur les guetterons. ( Sauf en tenue de sortie ).

Le ceinturon : toujours d’application, mais « jaunecoté » ( Teinture de pigment jaune, facile à retirer par l’emploi d’une brosse et d’eau.), le ceinturon disparaît sur la tenue de sortie.  

Les bottines : bottines à semelle, le tout surmonté de guetterons fermés par deux attaches cuivrées. Chaussettes de laine kaki foncé.        

Les souliers : bruns ou noirs à lacets

Pour les Officiers, la tenue ne change guère, seule la qualité du tissu et la coupe des poches sont modernisées. En général, les officiers passent commande de leurs costumes, aux civils.

 

Tenue de tankiste : chemise et pantalon de toile de service, bottines ou bottes, ceinture et guetterons. Le tout recouvert d’une salopette de grosse toile épaisse d’une seule pièce, fermée par deux grandes tirettes partant des pieds jusqu’au cou. Le ceinturon et la gaine du G.P. .Le casque de char, parfois surmonté de la bombe en acier du casque américain, la paire de lunettes, les écouteurs et le micro ( plus tard le laryngophone ), sur la poitrine la boite d’appel radio, pour communication interne ou externe.    

Voir le costume.

----------------------O-------------------- 

     - 1962 - ?  -

 

Une nouvelle tenue arrive à l’Armée Belge, les Guides la reçoivent.

Pas de changement pour le béret, les chemises deviennent plus claires et légères, la cravate reste la même.

Le battle dress est plus doux, le tissu ne gratte plus. Beaucoup plus léger à porter, l’encolure change, plus large, il ne se termine plus en pointe, mais en forme de W légèrement tourné. (Ancien col d’Officiers).

La veste retombe légèrement sur le pantalon +/- 5cm. Elle s’accroche à celui-ci, par une doublure intérieure renforcée par une série de trois boutons à l’arrière, et deux boutons à l’avant, cousus sous les lichettes du pantalon. Le costume se porte donc comme une salopette, aucun risque de montrer son séant en s’inclinant profondément. 

Le pantalon est maintenu par une ceinture militaire en toile renforcée, muni d’une boucle en cuivre; la ceinture, placée, est cachée par le rebord de la veste. Le ceinturon disparaît définitivement sur la tenue de sortie. Et comme dans le civil, le pantalon retrouve deux poches intérieures de côté et une poche revolver avec petit rabat sur la fesse droite. Bas du pantalon enroulé et tenu sur les guetterons. ( Sauf en tenue de sortie ). 

Voir le costume.

 

   -------------------------O------------------------  

         Musiciens et trompettes .  

- 1831-

 

Colback :-  Trompettes : même colback que la troupe, sauf, flamme blanche à liseré amarante, plumet  couleur amarante et bourrelet blanc. La tresse de retenue du colback est de couleur argenté. Mentonnière en cuivre. 

    

Kourtka: - Même tenue que la troupe sauf, en drap amarante, plastron en drap vert foncé , col avec un galon d’argent.

 

Pantalon : - Pantalon en drap vert, avec bande blanche sur les coutures extérieures.  

-1843-

Colback :- Trompettes : même colback que la troupe, sauf, flamme amarante à liseré blanc, plumet  couleur amarante et bourrelet blanc. La tresse de retenue du colback est de couleur jaune. Mentonnière en cuivre.

   - 1847, la tresse de retenue du colback, devient blanche.  

Kourtka : - Même tenue que la troupe sauf, avec épaulettes, aiguillettes, et galon jaune au col.  

               - 1847, les épaulettes sont en fil blanc, les torsades des épaulettes sont amarante.

Pantalon : - le pantalon change, il devient  vert foncé avec une bande amarante aux coutures externes.

Bonnet de police : - Couvre-chef de petite tenue en drap vert, partie supérieure amarante avec passepoil, amarante, galon et floche amarante retombant sur le devant du bonnet de police.

          

-1863-

 

Colback : - Grande tenue pour les musiciens et trompettes:  En peau d’ourson noir, plus petit que celui de 1831 avec flamme amarante liserée d’or et gland argenté, plumet plus petit en plume de cygne de couleur amarante, et d’un bourrelet de plumes blanches, cordon double de retenue du colback, amarante. Mentonnière en cuivre.

                     

   - Tenue de campagne ou de sortie. Sans plumet et sans flamme.

                - 1887, en monte, les officiers et cavaliers rentrent le bas du pantalon dans les bottes. 

 

 

Shako : - Couvre-chef de petite tenue en toile cirée, bourrelet amarante au sommet facial du shako, surmonté d’un plumet amarante à bourrelet blanc. Chaînette en cuivre jaune, fixe au-dessus de la visière accrochée de part et d’autre à deux crochets tête de lion et continuant en mentonnière, parfois repliée à l’arrière du shako.  

Dolman :- Veste de drap vert foncé, ouverte vers l’avant et boutonnée d’or sur trois rangées verticales, garnie de brandebourgs amarante. Aux manches , l’extrémité de celles-ci un galon en pointe de tissu amarante. Col amarante à galon  de drap vert orné d’une lyre, le cordon double de retenue du colback, n’est plus attaché au plastron (absent), mais bien aux trois boutons supérieurs du dolman, en passant toujours de part et d’autre du cou.

   -1867, remise des épaulettes en torsades de couleur amarante, retenues par deux boutons d’or.

 

Pantalon :- En drap amarante, avec sur les coutures extérieures, deux bandes jaunes et passepoil amarante.

   -1865, en drap amarante, avec sur les coutures extérieures deux bandes vertes, passepoil jaune.

 

Manteau : - Manteau en drap gris bleu, avec quatre brandebourgs amarante.

   - 1868, remplacement du manteau gris bleu, par le vert avec rotonde.

   

-----------------------------O-----------------------------  

Les traditions.

 

Le monogramme de notre Roi sur l'insigne des Guides

        Dés sa création, le Régiment portait le monogramme " L" de S.M le Roi Léopold Ier et de S.M. Léopold II sur le tapis de selle de leur monture.

        A l’intronisation de S.M. le Roi  Albert I er en 1909,  le 1er Guides appose en 1911, le monogramme "A" du Roi Albert sur le tapis de selle, 

A l’intronisation de S.M. le Roi Léopold III, ( 1934 )  le 1er Guides reprendra son insigne avec le monogramme " L ".

Avant 1940,  le Guide était reconnu par les couleurs de son bonnet de police et celle de la floche et le "L" sur le tapis de selle de sa monture.

 ( voir aussi les véhicules militaires Belges de  1945   « L »   )

A l’intronisation de S.M. le Roi Baudouin I er( 1951 ), le 1er Guides gardera son insigne avec le monogramme " L" , vu l' A.R. du 20 juillet 1930, qui octroyait le monogramme "B" au 1er Régiment des Carabiniers " Prince Baudouin".

"A l’intronisation de S.M. le Roi  Albert I er en 1909 , Pour commémorer la mémoire et le service du "Prince Baudouin" frère aîné du Roi décédé en 1891, Sous-Lieutenant au Régiment des Grenadiers en 1886, puis, en 1888 transféré au 1er Régiment des Carabiniers, la dénomination "Prince Baudouin" lui sera attribuée par l' A.R. du 20 juillet 1930. Le monogramme "B"  sera donc octroyé au 1er Régiment des Carabiniers " Prince Baudouin"."

          Lors de la dissolution du 1er Régiment, la Musique de Guides gardera sur le bérêt, l'insigne du 1er Régiment avec le monogramme " L ".

        Restructuration à l'Armée,  le 1er et 2ème Guides fusionnent, pour devenir " Régiments des Guides " un nouvel insigne apparait avec le monograme  

" L"

Le 1er Guides est dissous le 30-06-1994.

         S.M.le Roi Albert II autorisera le port de son monogramme "A" sur le nouvel insigne de béret du « Régiment Territorial des Guides. ». 

 

----------------------O-------------------- 

 

( 1960 - 1965

R.S.M.  Adjudant de Première Classe.  FLAMENT.

     Le Régiment, toujours fidèle à ses traditions , change certains aspects  vestimentaires par rapport aux autres Régiments Belges.         

- Le béret, un écu en tissu, de couleur amarante est cousu sous l’insigne du Régiment.( Pas de plastic).

- Le battle dress est toujours agrafé au ras du cou cachant la cravate même en été. ( Sauf en tenue de sortie où le col est ouvert. L'agrafage sera terminé avec l'arrivée du nouveau costume en 1962.)

- Les épaulettes sont rigides, par l’introduction d’un plastic ou carton, à l’intérieur de la doublure. 

- Le repassage:  pas de plis doubles sur le côté des manches, mais un pli à l’avant et un à l’arrière. Dans le dos, on garde les six plis verticaux , mais pas de pli horizontal à hauteur des épaules.

- Au Régiment le nom de manteau est de mise, celui de capote est banni.

- Dans les sacs à dos « jaunecotés »,  pour être au carré, l’introduction de planchettes de bois est nécessaire.

- Sur le paquetage, le « jaunecoté » ( teinture de pigment jaune ), est propre au Régiment. Pour les autres Régiments le « vercoté »( pigment vert ). Sauf, les Military Police (M.P.) et Régiment Police ( R.P.) qui badigeonnent leur paquetage au  « blanco. ».  

- Le cirage:  le grain des bottines, doit être écrasé avec le dos d’une cuillère pour pouvoir renvoyer un reflet . (Corvée cirage journalière.)

- Tous les cuivres, sont lustrés journellement, extérieur comme intérieur.

 

                                                  Même dans la vie courante de la caserne, les traditions suivent.

- Le Régiment possède toujours des chevaux.

- Le Régiment possède toujours sa propre clique, que l’on nomme « Trompette ».

- Le soldat au Guides s’appelle toujours « Cavalier »

- La mascotte (un poney) porte toujours le nom de COLBACK.

- La marche du Régiment de Guides est lente, ( elle se rapproche de la marche de la Légion Etrangère.) Pendant la marche les bras sont tendus horizontallement.

- Le port de la mitraillette ( Vigneron ), se tient  bras gauche tendu, arrêt de crosse mis au dernier cran.

- Le "présenté arme" est différent, il se fait en sept temps. Prise du canon trois temps, le levé de la mitraillette et le présenté  trois temps, levé du menton un temps.

- Le salut au Drapeau, toujours Régiment complet et avec faste.

- Les chambres ; les lits sont tirés au carré avec une couverture (les planches peuvent être utiles, mais pas obligatoires), la deuxième couverture et les draps de lit sont pliés sur la largeur du lit et placés en alternance de couleur à la tête de celui-ci.  

                                                   Mais aussi,      ( A Düren. )                              

- Les chambres, six lits maximum, seul l’emplacement des lits, armoires et tabourets est obligatoire, le reste à la convenance des occupants ( couleur des murs, rideaux, sol, placement d’une radio, table, lustre, etc.).

- Les repas ( pour les miliciens ), table de huit Cavaliers. Assiettes en faïence et couverts ; nourriture servie à table dans des plats, par des Cavaliers punis ou mis en service.  

- Les brigadiers et cavaliers ( V.C.) ont leur propre mess, assiettes en faïence et couverts ; nourriture servie à table dans des plats, par des Cavaliers punis ou mis en service.

- Une cantine avec T.V. dans chaque Escadron ouverte de 19 à 24 heures.

- Les brigadiers et cavaliers ( V.C.) ont leur propre bar. Et pour les sorties, après 12 mois de service, nuits permanentes.

- Les sous-officiers ont les même privilèges, mais dans un décor encore plus fastueux.

- Quant aux Officiers, alors là ? ? ? ? ? ?.  

------------O-----------

   Il était de coutume, lors d'une permission ou d'un week-end que les volontaires de carrière célibataires, ayant déjà payé leurs tickets repas début du mois, préviennent le chef de cuisine. Celui-ci transformait le prix des repas non consommés par les volontaires de carrière, en une nourriture plus riche et plus variée pour les miliciens ( exemple : steack frites, poulets frites, boulettes frites, etc... ) On est Belge ..Quand même !

  Menu des Sous - Officiers du Centenaire du Régiment.             

 ------------O-----------

Voir les coiffures des Guides dans le temps.